The Conjuring 3
Warner Bros.

Une suite qui, sans renouveler le genre, est portée par l’interprétation du duo Vera Fermiga - Patrick Wilson.

Avec les deux premiers opus de Conjuring, James Wan avait conforté sa place dans le petit monde du film d’horreur, acquise avec Saw et Insidious. Pour ce troisième volet, il a confié la réalisation à Michael Chaves, avec qui il avait déjà travaillé sur La Malédiction de la Dame Blanche, et pris la place de producteur exécutif. Et on doit bien avouer que le couple d’exorcistes incarnés par Vera Farmiga et Patrick Wilson fait toujours son petit effet.

Dans ce film qui ne révolutionne guère le genre (les décors – typiques d’un film d’horreur, à savoir la grande maison perdue au milieu d’une petite ville sans problème -, les screamers, certains dialogues surfaits…), on est d’abord accroché par l’histoire dont il est inspiréA savoir le procès d’Arne Cheyenne Johnson, en 1981. A l’époque, le réel couple Warren avait été accusé de surmédiatiser le procès, dans le but de récolter le plus d’argent possible. Le film de Michael Chaves ne s’aventure jamais sur ce terrain-là : on se retrouve simplement face à deux enquêteurs souhaitant aider coûte que coûte le jeune Arne accusé de meurtre. 

James Wan voulait que ce film ressemble avant tout à une enquête policière, et de ce point de vue-là le but est atteint. Vera Farmiga et Patrick Wilson se donnent à fond dans leur rôle et sont crédibles du début à la fin. Idem pour le jeune Julian Hilliard, tout juste 9 ans, qui joue la possession de manière impressionnante. Les effets spéciaux sont parfaitement exploités et évidemment essentiels pour plonger le spectateur dans cette sombre ambiance indispensable à un récit qui, en tournant plus autour de la notion de folie que de possession, rend l’histoire plus humaine. Sans pour autant gommer totalement l’impression de déjà-vu.

De Michael Chaves. Avec Patrick Wilson, Vera Fermiga, Julian Hilliard… Durée : 1h52. Sortie le 9 juin 2021


A lire aussi sur Première

Tout nous sourit: Une comédie à l'écriture ciselée [critique]

Enfin, une comédie douce- amère sur le couple et la famille qui évite les clichés rebattus ! Le grand vainqueur du Festival de l'Alpe d'Huez 2020 sort enfin en salles.