La Guerre des Mondes de Steven Spielberg
Paramount

Le film de SF avec Tom Cruise revient ce soir sur W9.

Comment les équipes de Spielberg ont façonné les iconiques vaisseaux aliens de l'oeuvre de H. G. Wells ?Après avoir connu plusieurs adaptations, la plus célèbre étant certainement la version radiophonique qu'en donna Orson Welles en 1938 - devenue l'un des canulars les plus célèbres de l'histoire des médias -, La guerre des mondes connaissait en 2005 une nouvelle relecture devant la caméra inspirée de Steven Spielberg. Sous fond d'une invasion extra-terrestre de grande ampleur, le film nous plonge aux côtés de Ray Ferrier (Tom Cruise), un père de famille qui doit protéger ses enfants de la menace alien débarquant à bord de vaisseaux à trois pattes sortant des entrailles de la Terre.

40 ans de blockbusters hollywoodiens : La Guerre des mondes (2005)

Pour mettre en images et animer ces fameux tripodes, Steven Spielberg s'est à nouveau attaché les services d'Industrial Light & Magic, le studio d’effets spéciaux de son ami George Lucas. Au cours des soixante-douze jours et des douze semaines que durèrent le tournage et la post-production de La guerre des mondes, près de 180 artistes d'ILM se sont relayés pour leur donner l'apparence la plus réaliste et vivante possible, le tout en devant œuvrer avec les consignes de Spielberg, qui limita au maximum l'emploi des fonds verts au profit du tournage en live action.

Guidé par l'envie de rendre hommage à la précédente adaptation de La guerre des mondes réalisée par Byron Haskin en 1953, le cinéaste apporte un soin tout particulier au design des vaisseaux, avec toute une liste de critères bien précis en tête. "Une des exigences de Steven était que les tripodes devaient donner l'impression d'avoir trois jambes, ce qui était assez drôle car lors de certains plans larges, on avait presque l'impression qu'ils volaient", se rappelle Pablo Helman, co-superviseur des effets visuels du film avec Dennis Muren, dans une interview accordée à Empire en 2011. "Steven voulait s'assurer que ces créatures fassent 150 pieds de haut (environ 45 mètres, soit la taille originale des tripodes dans le livre de Wells). Et bien sûr, cela a été l'un de nos plus gros défis au niveau des effets numériques et visuels". Éléments essentiels de la mythologie de La guerre des mondes (ils ornent la couverture de la plupart des éditions du livre), les tripodes furent au centre de la réflexion de Steven Spielberg. "Je voulais avant tout que les tripodes soient vraiment effrayants parce que cela représente ce qui les motive. Pour les tripodes en eux-même, je voulais que les gens évitent de se dire : 'D'accord, d'accord, ce sont juste des machines, voyons plutôt ce qu'il y a à l'intérieur, les aliens'. Je voulais vraiment que les spectateurs soient véritablement terrifiés par leur aspect extérieur", explique-t-il dans une featurette en bonus du film intitulée Designing the Enemy : Tripods and Aliens :

Le prochain Steven Spielberg sera un film autobiographique sur son enfance

Il en ressort des créatures particulièrement effrayantes de par leur potentiel de destruction, un potentiel soigneusement travaillé par les équipes de Randy Dutra, en charge de l'animation des tripodes. "Spielberg employait fréquemment le mot-clé de gracieux. Le travail de Doug Chiang donnait l'impression qu'ils étaient liés à un milieu aquatique. Ils avaient des tentacules et les grilles sur le côté de leurs têtes brillaient presque comme des méduses. Ils devaient donner l'impression de flotter au-dessus du sol tout en étant soumis à la gravité et à l'espace dans lequel ils devaient s'insérer", explique Dutra au site VFXWorld en 2005.

Conçus par Spielberg comme des engins de terreur et comme une métaphore du traumatisme de l'Amérique post-11 septembre, les tripodes ont également grandement inspiré le design des aliens qui les pilotent, qui présentent les mêmes caractéristiques. Tripodes eux aussi, capables de se mouvoir avec aisance et discrétion, leurs mouvements reptiliens ont été conçus de sorte qu'ils ne fassent qu'un tout avec leurs vaisseaux, rendant leur menace plus réelle encore. Dans les notes de production de La guerre des mondes, Spielberg qualifiait ces tripodes d'"effrayants danseurs de ballet". Un constat qui prend forme devant nos yeux à l'écran grâce au travail d'ILM.

L'histoire de La guerre des mondes : Ray Ferrier, un docker, mène une vie désordonnée depuis son divorce. Quand son ex-femme lui confie la garde de ses enfants, Robbie, 17 ans, et Rachel, 11 ans, il ne cache pas sa crainte de ne pas réussir à assumer son rôle de père. Le premier soir, un violent orage éclate sur la ville. De sa fenêtre, Ray assiste à un spectacle extraordinaire : une étrange machine, sorte d'engin à trois pieds, surgit brusquement de sous la terre, détruisant tout sur son passage. Ray tente de fuir mais il ne sait pas que des centaines de machines semblables sont sorties de terre en même temps aux quatre coins de la planète : une invasion extraterrestre a débuté...

Bande-annonce :